Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Section du PCF Pierre Bénite
  • : A pour objectif de faire connaître au public les activités et initiatives de la section du PCF qui rayonne sur le canton d'Irigny(69)
  • Contact

Archives

Articles Récents

  • Protestons auprès de l'A2
    Protestation contre l’absence de Pierre Laurent à l’émission du 22 mai sur France 2 Un exemple reçu J'ai téléphoné au 08 90 71 02 02 (bien reçue par un homme qui m'a donné l'adresse de Poitiers : TSA 67300 86 963 FUTUROSCOPE. AINSI QUE LE SITE DE FRANCE2)...
  • Ukraine : une interview intéressant de M. Maillard
    Ce Normalien agrégé d’allemand a été le Conseiller diplomatique du Général de Gaulle à l’Élysée de 1959 à 1964 – avec au menu Guerre d’Algérie, réconciliation franco-allemande, Construction européenne, crise de Cuba, poursuite de la décolonisation, etc....
  • Le 8 mai 1945 : le massacre de Sétif avec 45 000 morts !
    En Algérie il y a 69 ans, 8 mai 1945 : massacre colonial à Sétif Ce massacre, fera 45 000 victimes. N’oublions pas Rosa Moussaoui «C'était la fête à Sétif, la victoire contre le nazisme, on a entendu sonner les cloches et on nous a annoncé qu'on allait...
  • Crise au journal "Le Monde", 7 rédacteurs en chef sur 11 démissionnent ...
    Réaction de Jean Luc Mélenchon Depuis de nombreux mois, le journal « Le Monde » tient une ligne éditoriale à charge contre le Front de Gauche en général et contre moi en particulier. « Le Monde » fait de la politique engagée. À une entreprise méthodique...
  • Hollande en rajoute encore sur BFM !
    Hollande sur RMC/BFM TV : "Halte au massacre" (Pierre Laurent) Le Président de la République s'est livré ce matin sur RMC/BFM TV à un laborieux service après-vente de sa politique. Mais le pire, c'est qu'il en rajoute à chaque fois une couche, cette fois...
  • Les 5 de Roanne définitivement relaxés !
    En date du 23 avril 2014 Monsieur le Président de la Chambre des Appels Correctionnels de la Cour d'Appel de Lyon a ordonné la non admission de l'appelle du Procureur Général et cette ordonnance n’étant pas susceptible de voies de recours. Nos cinq camarades...
  • Ce dimanche, les nouveaux chiens de garde à la Télé
    Dimanche 04 Mai 2014 LCP 20h30 - 22h10 (Durée : 1h40) Les nouveaux chiens de garde Genre : Film documentaire ________________________________________ Pays : France - Date de sortie : 2011 ________________________________________ Réalisateur(s) : Gilles...
  • Alstom : la CGT réagit fortement !
    "On est sacrifié pour la finance" Entretien de l'Humanité avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical central de la branche Transport d’Alstom. Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations entre General...
  • Le cas Alstom ou les enjeux des européennes du 25 mai
    L’Europe libérale ne protège pas des rapaces de la finance La France perd son sang et ses dirigeants font des moulinets autour du thème du « redressement productif ». L’Europe est un sujet de dissertation, mais ne protège ni nos atouts industriels ou...
  • Première réaction au discours de Valls à l'Assemblée
    Manuel Valls est passé sur l'autre rive en assumant une politique de droite (Olivier Dartigolles) A la tribune de l'Assemblée nationale, le Premier ministre a répondu à la fronde de députés socialistes par quelques aménagements cosmétiques mais l'affront...

Peine De Mort

/ / /

 

 

Dans l'énergie cela urge pour garantir

des services publics efficaces et au service

des populations !

 

Morales_nationalisation-.jpg

Au moment où l'entreprise GDF Suez privatisée par Sarkozy, veut imposer aux consommateurs français une hausse de 18.4% du prix du gaz, certes étalée mais bien réelle, et au moment où les quatre sociétés autonomes du groupe GDF Suez, créées suite à la libéralisation du marché de l'énergie imposée par l'Europe, ont fait remonter au groupe plus de 3 milliards d'euros de dividendes, le débat revient fortement sur le rôle des entreprises publiques, leur statut et leurs objectifs de gestion.

 

Conformément aux orientations européennes actuelles, EDF tout comme GDF Suez ont pour mission de répondre aux besoins du public et de la nation en matière énergétique tout en assurant une gestion privée ayant pour critère premier de faire remonter aux actionnaires le maximum de dividendes, dans un minimum de temps.

 

Or l'expérience montre que ces deux objectifs sont antinomiques. La gestion privée avec pour dogme la rentabilité financière pour l'actionnaire, est incompatible avec une mission de service public efficace et de qualité. La recherche de la rentabilité financière, menée tambour battant par les sociétés transnationales, conduit toujours à des missions de services publics dégradées dont souffrent les consommateurs qui en plus sont considérés comme des vaches à lait, avec une croissance continue des prix de l'énergie aussi injustifiée qu'insupportable par la majorité de nos concitoyens et le pays.

 

La Bolivie confrontée également à cette situation, a vu son gouvernement sous l'impulsion d'Evo Morales, le Président en exercice, prendre le taureau par les cornes, et faire le choix politique et stratégique, du retour des sociétés privées d'énergie dans le giron public.

 

N'est-ce pas un exemple que devrait suivre par la France ? On peut le penser très sèrieusement, d'autant que cela correspond pleinement aux valeurs de gauche que devrait porter et défendre le nouveau gouvernement socialiste de la France.

 

C'est le moment de nuancer un terme en vogue : "expropriation". Trouvons un sujet pour ce mot si polémique : qui exproprie-t-on ? Et en faveur de qui ? Ce terme implique nécessairement qu'une entité s'approprie quelque chose. On exproprie ce qui, au préalable, a déjà été exproprié au profit d'autres. C'est ce qui se passe en Bolivie. Comme dans tant d'endroits, le néolibéralisme a privé le peuple de services essentiels pour les remettre aux mains d'entreprises privées transnationales. Pourtant, ces expropriations ont été faussement  associées par l'idéologie libérale à la modernisation de l'Etat, à la rationalisation économique, à la concurrence parfaite et à l'efficacité de la distribution. L'expérience démontre que les privatisation et leurs dogmes de gestion sont totalement contradictoires avec modernisation, rationalisation et efficacité.


L'expropriation des services fondamentaux dont ont besoin les Boliviens, y compris l'électricité, a eu lieu dans le cadre du programme néolibéral de (dés)ajustement structurel et de projets de (dé)stabilisation. A la suite d'une série de privatisations, la Bolivie est devenue première de la classe (selon les chiffres de la Banque interaméricaine de développement) : le pays détient le meilleur score de l'ensemble de l'Amérique latine en ce qui concerne l'indice ridicule qui quantifie les progrès des réformes structurelles (0,7 contre une moyenne de 0,58 pour le reste du continent). La réalité est néanmoins venue contredire les indicateurs néolibéraux. Le peuple bolivien a rejeté le patron capitaliste qui dépouille la majorité au profit d'une minorité, système dans lequel les richesses sont aux mains de quelques personnes seulement.

 

Le gouvernement d'Evo Morales a entrepris de répondre aux demandes des Boliviens d'avoir un pays plus juste et souverain, visant au bien-être de tous et non pas de celui de quelques-uns. Pour cela, lors de son entrée en fonctions, Evo Morales a proclamé le 1er mai 2006 un décret ayant pour but de lancer un processus de nationalisation des entreprises pétrolières, à la suite de quoi les bénéfices publics issus des hydrocarbures ont triplé entre 2005 et 2011. Ensuite, le 1er mai 2008, l'Etat a racheté 100 % de l'entreprise nationale de télécommunications Entel, une filiale de la société italienne Telecom. En 2010, il a nationalisé quatre sociétés de production d'électricité : actuellement, les trois quarts de l'électricité sont produits par des entreprises nationales.

 

Et le 1er mai 2012, la Bolivie a repris le contrôle de l'entreprise de distribution grâce au décret 1214, qui a nationalisé les actions de Red Electrica Internacional, filiale de Red Electrica España (REE), pour Transportadora de Electricidad (TDE). Précisons, pour éviter le faux discours de défense des intérêts espagnols, que l'entreprise expropriée ne détenait que 20 % des actions qui appartenaient à l'Etat. Ce décret est justifié par l'article 378 de la Constitution bolivienne, qui dispose que seul l'Etat est chargé du développement de la chaîne de production énergétique. Maintenant, c'est au tour de Rurelec, une filiale de British Petroleum, de subir le même sort.

 

Cette mesure est le résultat d'une nouvelle stratégie – et non pas d'une improvisation – qui a pour but de récupérer les ressources naturelles et de garantir l'accès à des services essentiels. Cette fois, c'est la distribution d'électricité qui est concernée, un secteur dont le néolibéralisme s'est non seulement emparé mais qu'il a aussi systématiquement détérioré, faute d'investissement.

 

Peu à peu, la Bolivie reprend le contrôle de son réseau de production en expropriant tout ce que le secteur privé a gagné sous le règne du néolibéralisme. La Bolivie mise sur un nouveau régime d'accumulation plus juste, qui redistribue les excédents de deux façons : à court terme, grâce à des politiques sociales visant la majorité des Boliviens, ainsi que d'un point de vue structurel, à moyen et long terme, grâce à des investissements publics rentables permettant de répartir les richesses.

 

Quelques chiffres confirment les résultats positifs de cet Etat fort, qui participe à 34 % de la production de valeur ajoutée (contre 17 % auparavant). Même s'il reste encore beaucoup à faire, la pauvreté a baissé de 60 % à 49 % entre 2005 et 2010, et l'extrême pauvreté est passée de 38 % à 25 %.

 

Il existe de nombreuses politiques sociales relatives à la redistribution, à l'enseignement et aux questions sanitaires. Tout cela s'accompagne par ailleurs d'une augmentation non négligeable des salaires.

 

Reste à savoir si la Bolivie réussira à atteindre les objectifs en matière de transformations structurelles à moyen et à long terme. C'est le défi que fait le gouvernement d'Eco Morales avec l'appui de son peuple!

Partager cette page

Repost 0
Published by