Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Section du PCF Pierre Bénite
  • : A pour objectif de faire connaître au public les activités et initiatives de la section du PCF qui rayonne sur le canton d'Irigny(69)
  • Contact

Archives

Articles Récents

  • Protestons auprès de l'A2
    Protestation contre l’absence de Pierre Laurent à l’émission du 22 mai sur France 2 Un exemple reçu J'ai téléphoné au 08 90 71 02 02 (bien reçue par un homme qui m'a donné l'adresse de Poitiers : TSA 67300 86 963 FUTUROSCOPE. AINSI QUE LE SITE DE FRANCE2)...
  • Ukraine : une interview intéressant de M. Maillard
    Ce Normalien agrégé d’allemand a été le Conseiller diplomatique du Général de Gaulle à l’Élysée de 1959 à 1964 – avec au menu Guerre d’Algérie, réconciliation franco-allemande, Construction européenne, crise de Cuba, poursuite de la décolonisation, etc....
  • Le 8 mai 1945 : le massacre de Sétif avec 45 000 morts !
    En Algérie il y a 69 ans, 8 mai 1945 : massacre colonial à Sétif Ce massacre, fera 45 000 victimes. N’oublions pas Rosa Moussaoui «C'était la fête à Sétif, la victoire contre le nazisme, on a entendu sonner les cloches et on nous a annoncé qu'on allait...
  • Crise au journal "Le Monde", 7 rédacteurs en chef sur 11 démissionnent ...
    Réaction de Jean Luc Mélenchon Depuis de nombreux mois, le journal « Le Monde » tient une ligne éditoriale à charge contre le Front de Gauche en général et contre moi en particulier. « Le Monde » fait de la politique engagée. À une entreprise méthodique...
  • Hollande en rajoute encore sur BFM !
    Hollande sur RMC/BFM TV : "Halte au massacre" (Pierre Laurent) Le Président de la République s'est livré ce matin sur RMC/BFM TV à un laborieux service après-vente de sa politique. Mais le pire, c'est qu'il en rajoute à chaque fois une couche, cette fois...
  • Les 5 de Roanne définitivement relaxés !
    En date du 23 avril 2014 Monsieur le Président de la Chambre des Appels Correctionnels de la Cour d'Appel de Lyon a ordonné la non admission de l'appelle du Procureur Général et cette ordonnance n’étant pas susceptible de voies de recours. Nos cinq camarades...
  • Ce dimanche, les nouveaux chiens de garde à la Télé
    Dimanche 04 Mai 2014 LCP 20h30 - 22h10 (Durée : 1h40) Les nouveaux chiens de garde Genre : Film documentaire ________________________________________ Pays : France - Date de sortie : 2011 ________________________________________ Réalisateur(s) : Gilles...
  • Alstom : la CGT réagit fortement !
    "On est sacrifié pour la finance" Entretien de l'Humanité avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical central de la branche Transport d’Alstom. Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations entre General...
  • Le cas Alstom ou les enjeux des européennes du 25 mai
    L’Europe libérale ne protège pas des rapaces de la finance La France perd son sang et ses dirigeants font des moulinets autour du thème du « redressement productif ». L’Europe est un sujet de dissertation, mais ne protège ni nos atouts industriels ou...
  • Première réaction au discours de Valls à l'Assemblée
    Manuel Valls est passé sur l'autre rive en assumant une politique de droite (Olivier Dartigolles) A la tribune de l'Assemblée nationale, le Premier ministre a répondu à la fronde de députés socialistes par quelques aménagements cosmétiques mais l'affront...

Peine De Mort

/ / /

 

« Dans une France libérée, nous libèrerons

le peuple des angoisses du lendemain ! »


63024_136097479770234_100001099483601_166336_865732_n.jpg

Ambroise Croizat à droite, minitsre communiste, créateur de la Sécurité Sociale

 

Ces mots, rédigés en janvier 1944, sont ceux d'Ambroise Croizat dont nous honorons ce soir la mémoire et l'œuvre.
 

« Libérer le peuple des angoisses du lendemain », voilà la mission politique la plus noble qui soit et qui résonne si juste encore à nos oreilles en ces temps de crise généralisée.
 

C'était là la mission des forces de la Résistance, les objectifs du Conseil national de la Résistance et de son programme ; ce fut le travail gigantesque abattu par des femmes et des hommes vainqueurs du nazisme et du Régime de Vichy et bâtisseurs du nouvel avenir de notre nation après quatre années tragiques et terribles.
 

Ambroise Croizat, le « ministre des travailleurs », ainsi qu'on l'avait affectueusement surnommé de son vivant, fut de ces personnalités politiques auxquelles notre pays, notre République et notre démocratie doivent ses plus belles conquêtes sociales du Front populaire puis de la Libération.
 

Inventeur, fondateur, bâtisseur de la sécurité sociale, de la généralisation des retraites, des congés payés et de la semaine de 40 heures, des conventions collectives, du régime des prestations familiales, des comités d'entreprises, le statut des délégués du personnel, de la médecine du travail, de la reconnaissance de maladies professionnelles, de la prévention et du traitement des accidents du travail, du statut des électriciens et des gaziers, de celui de la Fonction publique...
 

– autant d'exigences majeures, d'innovations sociales et politiques fondamentales qu'Ambroise Croizat sut, dans le travail collectif qu'il anima, faire naître et rendre réelles appuyé qu'il était dans son action par les luttes des travailleurs eux-mêmes depuis des décennies.
 

 

Le ministre du travail et de la Sécurité sociale qui prend pour la première fois ses fonctions en novembre 1945 n'a pas été spécialement formé aux affaires de l'État, il ne sort pas d'une grande école, c'est un ajusteur qui a commencé à travailler à treize ans, c'est un syndicaliste – secrétaire général du syndicat CGT de la métallurgie, c'est un militant communiste de la première heure qui possède – à l'instar de toutes celles et tous ceux qui viennent de se battre contre la Bête immonde et leurs complices français et, qui commencent immédiatement à reconstruire la France – Ambroise Croizat possède un sens aigu des responsabilités et du rôle de l'État, un sens aigu de la justice, de la justice sociale, un sens aigu du respect dû aux travailleurs et de la dignité qui est la leur à se battre pour changer leurs conditions de travail et pour une politique de progrès.
 

L'engagement d'Ambroise Croizat, son moteur, est le projet d'émancipation qu'avec ses camarades communistes, et syndicalistes, il porte, il élabore, il construit.
 

Et son fil rouge, son ambition, c'est la solidarité. « Faire société », dirait-on aujourd'hui, c'est faire vivre la solidarité de chacun avec tous, de tous avec chacun, dans tous les domaines, toute la vie. La solidarité, c'est ce lien, cette interaction entre chacun de nous, qui fait de nous des êtres humains, qui fait du « nous » une force du « je » et le « je » la couleur du « nous ».
 

Ambroise Croizat a su, toute sa vie durant, dans toutes les responsabilités qu'il prit et assuma, faire correspondre son action à l'invitation de son père ouvrier, lui-même fondateur du syndicat CGT à Notre-Dame de Briançon, qui, en 1914, lui avait glissé à l'oreille : « Ne plie pas petit. Le siècle s'ouvre ».*
 

Oui, lorsque qu'après les emprisonnements (Ambroise Croizat, ancien député du Front populaire, fut des 35 députés communistes embastillés en 1939), les 14 prisons où il séjourna jusqu'à sa déportation au bagne d'Alger, lorsqu'Ambroise Croizat est libéré en février 1943, c'est pour s'engager dans la clandestinité, c'est pour mener à terme ce combat pour une France libre et démocratique, pour ouvrir un siècle que fascistes et nazis ont cherché à clore.
 

Oui, lorsqu'en mars 1944, avec le Conseil national de la Résistance, il fait sienne cette promesse : « Nous, combattants de l'ombre, exigeons la mise en place d'un plan complet de sécurité sociale vivant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail avec gestion par les intéressés et l'État », c'est bien pour ouvrir un siècle de solidarité où l'épanouissement de chacun est la garantie de l'émancipation de tous.
 

Oui, lorsqu'il aide à la création des premières 138 caisses de Sécurité sociale gérées par les travailleurs eux-mêmes, le siècle, à nouveau s'ouvre : les travailleurs, prenant leur destin en main, offre un avenir à la France.
 

Si nous nous sommes réunis pour saluer la mémoire d'Ambroise Croizat ce jour c'est pour signifier combien l'oeuvre d'Ambroise Croizat reste vivante et d'une modernité absolue. C'est également pour adresser un message explicite au futur ex-président Sarkozy qui a détruit en cinq ans beaucoup de ce que des décennies de lutte avaient créé pour le bien commun.
 

En octobre 1950, nous rappelle l'historien Michel Etiévent, Ambroise Croizat prenait pour la dernière fois la parole à l'Assemblée nationale et prononçait des mots que nous, communistes de 2012 faisons entièrement nôtres : « Jamais, nous ne tolèrerons que ne soit renié un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès. »
 

Nous le réaffirmons, au président sortant et à sa majorité, comme à ceux qui manqueraient de courage pour affronter les forces de la finance : nous serons de ceux qui se battront quoi qu'il en coûte, de ceux qui reconstruiront tout ce qui a été détruit et qui bâtiront ce qu'exige une société réconciliée avec sa propre humanité.
 

Santé, retraite, famille, mais aussi aujourd'hui, petite enfance, perte d'autonomie, sécurité d'emploi et de formation, notre ambition est de reconstruire ce que le sarkozysme a détruit et d'inventer ce que les nombreux défis de l'humanité nous imposent de créer.
 

Nous y parviendrons, notre peuple y parviendra, car contrairement à cette droite arrogante et revancharde, ce n'est pas la revanche qui nous anime, qui anime notre peuple, mais la justice. Et celles et ceux qui s'engagent pour faire régner la justice, dont chaque geste, chaque parole est animée de ce désire de solidarité et de justice sont, au regard de l'histoire, ceux qui se libèrent des angoisses du lendemains et qui font de chaque jour neuf, un pas de plus vers l'émancipation humaine.
 

Merci à toutes et à tous de votre présence. Merci spécialement à toi Liliane d'être avec nous pour saluer la mémoire de ton père.

Partager cette page

Repost 0
Published by