Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Section du PCF Pierre Bénite
  • : A pour objectif de faire connaître au public les activités et initiatives de la section du PCF qui rayonne sur le canton d'Irigny(69)
  • Contact

Archives

Articles Récents

  • Protestons auprès de l'A2
    Protestation contre l’absence de Pierre Laurent à l’émission du 22 mai sur France 2 Un exemple reçu J'ai téléphoné au 08 90 71 02 02 (bien reçue par un homme qui m'a donné l'adresse de Poitiers : TSA 67300 86 963 FUTUROSCOPE. AINSI QUE LE SITE DE FRANCE2)...
  • Ukraine : une interview intéressant de M. Maillard
    Ce Normalien agrégé d’allemand a été le Conseiller diplomatique du Général de Gaulle à l’Élysée de 1959 à 1964 – avec au menu Guerre d’Algérie, réconciliation franco-allemande, Construction européenne, crise de Cuba, poursuite de la décolonisation, etc....
  • Le 8 mai 1945 : le massacre de Sétif avec 45 000 morts !
    En Algérie il y a 69 ans, 8 mai 1945 : massacre colonial à Sétif Ce massacre, fera 45 000 victimes. N’oublions pas Rosa Moussaoui «C'était la fête à Sétif, la victoire contre le nazisme, on a entendu sonner les cloches et on nous a annoncé qu'on allait...
  • Crise au journal "Le Monde", 7 rédacteurs en chef sur 11 démissionnent ...
    Réaction de Jean Luc Mélenchon Depuis de nombreux mois, le journal « Le Monde » tient une ligne éditoriale à charge contre le Front de Gauche en général et contre moi en particulier. « Le Monde » fait de la politique engagée. À une entreprise méthodique...
  • Hollande en rajoute encore sur BFM !
    Hollande sur RMC/BFM TV : "Halte au massacre" (Pierre Laurent) Le Président de la République s'est livré ce matin sur RMC/BFM TV à un laborieux service après-vente de sa politique. Mais le pire, c'est qu'il en rajoute à chaque fois une couche, cette fois...
  • Les 5 de Roanne définitivement relaxés !
    En date du 23 avril 2014 Monsieur le Président de la Chambre des Appels Correctionnels de la Cour d'Appel de Lyon a ordonné la non admission de l'appelle du Procureur Général et cette ordonnance n’étant pas susceptible de voies de recours. Nos cinq camarades...
  • Ce dimanche, les nouveaux chiens de garde à la Télé
    Dimanche 04 Mai 2014 LCP 20h30 - 22h10 (Durée : 1h40) Les nouveaux chiens de garde Genre : Film documentaire ________________________________________ Pays : France - Date de sortie : 2011 ________________________________________ Réalisateur(s) : Gilles...
  • Alstom : la CGT réagit fortement !
    "On est sacrifié pour la finance" Entretien de l'Humanité avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical central de la branche Transport d’Alstom. Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations entre General...
  • Le cas Alstom ou les enjeux des européennes du 25 mai
    L’Europe libérale ne protège pas des rapaces de la finance La France perd son sang et ses dirigeants font des moulinets autour du thème du « redressement productif ». L’Europe est un sujet de dissertation, mais ne protège ni nos atouts industriels ou...
  • Première réaction au discours de Valls à l'Assemblée
    Manuel Valls est passé sur l'autre rive en assumant une politique de droite (Olivier Dartigolles) A la tribune de l'Assemblée nationale, le Premier ministre a répondu à la fronde de députés socialistes par quelques aménagements cosmétiques mais l'affront...

Peine De Mort

/ / /

 

Lutte des agents hospitaliers pour le

maintien de leur prime de nuit.

 

Serge Tarassioux maire de Pierre Bénite, témoigne de sa solidarité et écrit à

Gérard Collomb (Président du Grand lyon)

pour lui demander de maintenir la prime de nuit des agents

 

___________________________________________________________

 

 

Montreuil se rebiffe !

 

Dominique VOYNET et sa majorité ont décidé de fermer les portes du centre de santé Voltaire le 11 décembre. Nous condamnons cette décision qui aura pour conséquence inéluctable d’affaiblir l’accès de tous à la prévention et à des soins de qualité.

 

Alors que la loi Hôpital, Patient, Santé, Territoire, dite loi Bachelot, aura pour conséquence d’aggraver de façon considérable la sélection par l’argent pour l’accès aux soins, comment une municipalité qui se revendique de gauche peut-elle, par ses actes, participer à la casse sans précédent du secteur public de santé ?

 

La fermeture du centre Voltaire, l’arrêt des activités de prélèvement du centre Savattero, des activités de radiologie du centre Bobillot, le non remplacement de personnels soignants (infirmières, kinésithérapeutes, diététicienne, gynécologue, pédiatre…) et la menace qui pèse sur plusieurs activités (rhumatologie, échographie obstétricale, assistantes dentaires..) sanctionnent injustement une partie de la population déjà fragilisée par les atteintes à notre système de santé publique et désorganisent l’ensemble de l’activité des CMS.

 

Présents hier soir aux côtés des adhérents, des responsables de l’Association de Défense et de Promotion des Centres Municipaux de Santé de Montreuil et des salariés des centres de santé, nous dénonçons cette décision municipale.

 

Dans les jours qui viennent nous nous donnerons les moyens de faire savoir haut et fort notre totale désapprobation du choix fait par la municipalité qui s’inscrit dans une politique globale de régression de la santé publique, au profit du secteur privé.

 

Nous avons décidé d’interpeller madame VOYNET pour qu’elle revienne sur sa décision et qu’elle l’annule. Dès à présent, nous appelons à un large et vaste rassemblement le samedi 11 décembre à partir de 10h, devant le Centre municipal de santé Voltaire.

 

Le centre Voltaire et toutes ses activités doivent être maintenus ! Nous disons non à la fermeture de ce centre.

 

La Fédération, Gauche Unitare, NPA, PCF, Parti de Gauche,

POI, PS, rassemblement de la Gauche Citoyenne

 

_____________________________________________________________________________________________
Non à la marchandisation de la santé!

 

Victoire pour les lobbies de l’industrie pharmaceutique : les plantes médicinales bientôt interdites dans l’UE

 

C’est quasiment fait. Nous allons voir disparaître les préparations à base de plante, ainsi que la possibilité pour les herboristes de les prescrire.

 

Disparition programmée de l'homéopathie, la phytothérapie, la gemmothérapie, les plantes de Médecine chinoise, l'herboristerie, l’aromathérapie, extraits de plantes, eaux florales, élixirs, macérats, oligothérapie pour les faire rentrer dans la Pharmacie.
 
Pour la liberté en matière de thérapeutique des malades et des médecins. Si vous y êtes sensible, allez signer la pétition et faites suivre ce message à tous vos contacts.
 
L’industrie pharmaceutique, qui depuis quelques décennies tente d’éliminer toute concurrence, a presque atteint son but. Le 1 avril 2011—dans moins de huit mois—pratiquement toutes les plantes médicinales seront illégales dans l’Union Européenne.

 

L’approche adoptée aux Etats-Unis est un peu différente, mais a le même effet dévastateur. Les gens sont devenus des réceptacles pour toutes les cochonneries que l’industrie pharmaceutique et l’agrobusiness choisissent de déposer, et nous n’avons d’autre choix que de payer le prix qu’ils demandent.

 

L’industrie pharmaceutique et l’agrobusiness sont presque arrivés à contrôler chaque aspect de notre santé, depuis la nourriture que nous mangeons jusqu’à la façon dont nous nous soignons quand nous sommes malades. Soyez-en sûrs : cette prise de contrôle prendra tout ce qu’il reste de notre santé.

 

Dès le 1er avril prochain, nous connaîtrons le  pire poisson d’avril de tous les temps.

 

La directive européenne pour les produits à base de plantes médicinales traditionnelles (THMPD) a été décrétée le 31 mars 2004(1). Elle réglemente l’usage des produits à base de plante qui étaient auparavant librement échangés.

 

Cette directive demande à ce que toutes les préparations à base de plante soient soumises au même type de procédure que les médicaments. Peu importe si une plante est d’un usage courant depuis des milliers d’années. Le coût de cette procédure, estimé à 90 000 à 140 000 euros par plante, est bien au-delà de ce que la plupart des fabricants peuvent payer, et chaque plante d’un composé doit être traitée séparément.

 

Peu importe si une plante utilisée depuis des milliers d’années est sans danger et efficace. Elle sera considérée comme un médicament. Bien sûr, les plantes sont loin d’être des médicaments. Ce sont des préparations faites à partir de sources biologiques. Elles ne sont pas nécessairement purifiées, car cela peut modifier leur nature et leur efficacité, comme pour tout aliment.

 

C’est une distorsion de leur nature et de la nature de l’herboriste de les prendre pour des médicaments. Cela, bien sûr, ne compte pas pour le monde pharmaceutique européen contrôlé par Big Pharma, qui a gravé le corporatisme dans le marbre de sa constitution.

 

Le Dr. Robert Verkerk de l’Alliance for Natural Health, International (ANH) décrit le problème qui se pose si l’on demande à ce que les préparations à base de plantes répondent aux mêmes normes de conformité que les médicaments : faire passer un remède classique à base de plante provenant d’une culture médicale traditionnelle non-européenne au travers du système d’autorisation de mise sur le marché de l’UE s’apparente à faire passer une cheville carrée dans un trou rond.

 

Le système de régulation ignore les traditions spécifiques et n’est donc pas adapté. Une adaptation est requise de toute urgence si la directive est discriminatoire à l’égard des cultures non-européennes et viole par conséquent les droits de l’homme. (2)


Pour mieux comprendre comment cela peut se produire, il faut savoir que les lois du commerce ont été au centre des initiatives visant à mettre tous les aspects de l’alimentation et la médecine sous le contrôle de l’industrie pharmaceutique et de l’agrobusiness... (lire la suite : http://www.votresante.org/suite.php?com=o&dateedit=1285910864)

 

Autant de raisons de signer la pétition ci-dessous en faveur de la liberté en matière de thérapeutique des malades et des médecins et à faire suivre cette information à vos contacts.
 
Adresse de la pétition 
: http://www.lapetition.be/petition.php?petid=8350

 
Pour la liberté en matière de thérapeutique des malades et des médecins !!!

 

410940.jpg

 

_____________________________________________________________________________________________

 

NE LAISSEZ PAS FAIRE !

 

L’HÔPITAL PUBLIC EST VOTRE HÔPITAL
DÉFENDEZ-LE AVEC NOUS !

 

- Défendez-le parce qu’il assure des soins de qualité pour tous quels que soient les moyens de chacun.

- Défendez-le parce que c’est là que se font les grandes recherches d’aujourd’hui qui permettront les progrès de demain.

- Défendez-le parce que c’est lui qui assure 80% des urgences, c’est lui qui a fait face hier à l’épidémie de SIDA et à la canicule et qui pourra faire face à une pandémie grippale.

- Défendez-le parce que c’est lui qui prend en charge les cas les plus graves ou les plus complexes à tous les âges de la vie.

- Défendez-le parce que les autres pays nous l’envient.

La loi HPST dite loi Bachelot a supprimé l’appellation de « Service Public Hospitalier ». Elle ne parle plus que d’ « Etablissement de Santé ». Elle cherche à transformer l’hôpital public en entreprise.
 

 

Pour être rentable l’hôpital devra sélectionner les pathologies et les patients, et diminuer le nombre de personnels : moins d’infirmières, moins d’aides soignantes, moins de médecins, moins de secrétaires, moins d’assistantes sociales.  Il est prévu de supprimer 20 000 emplois dans l’ensemble des hôpitaux.


NE LAISSEZ PAS FAIRE
POUR DÉFENDRE VOTRE HÔPITAL PUBLIC ASSURANT
L’ACCÈS ÉGAL POUR TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ,
SIGNEZ LA PÉTITION NATIONALE QUI SERA ADRESSÉE
AU PARLEMENT ET AU GOUVERNEMENT:


« Je défends l’Hôpital Public, lieu de formation des professions médicales et paramédicales, de l’innovation et des progrès thérapeutiques, qui offre à tous, sans discrimination, des soins de qualité.

Je m’oppose à son démantèlement qu’annoncent d’une part un nouveau mode de direction qui aura pour souci principal la rentabilité, d’autre part des suppressions d’emplois non justifiées qui altèreront la qualité des soins. L'Hôpital Public doit avoir un financement lui permettant de remplir ses missions.»

 

http://petition-mdhp.fr/ilinkndex.html

__________________________________________________________________________________________________________

 

Ils sont en train de tuer l'Hôpital public, ne laissons pas faire!

 

Témoignage d'une infirmière de Saint Etienne

 

Je suis assez catastrophée en ce moment, car dans aucun média, aucune presse, même dans les discours de nos chers politiques, personne ne parle de ce qui se passe du côté de l'hôpital public... Et pourtant, moi qui le vis de l'intérieur, je vous garantis qu'il y a de quoi sauter au plafond.

  

Tout ce qui va suivre est un peu compliqué, peut-être, mais nécessaire pour vous expliquer ce qui se passe sur le terrain.

 

Je suis infirmière dans un service de Médecine adulte (Médecine interne et thérapeutique, pavillon 5, hôpital Bellevue à Saint Etienne) avec une capacité d'accueil de 21 patients, dont 95% est muté directement des urgences.

 

Autrement dit, la plupart ne sont pas encore très stabilisés sur le plan médical et ont donc besoin d'une surveillance étroite et efficace de la part des infirmiers et aide-soignants. Les femmes de ménage (ASH) ont elles aussi un rôle important, car au détour d'un couloir ou pendant qu'elles nettoient une chambre, elles peuvent être les premiers signaux d'alarme d'un patient en détresse. Sans parler de leur travail primordial pour assurer l'hygiène des services, rôle majeur dans la lutte des infections nosocomiales.

 

Nos équipes s'organisent ainsi : (les équipes de jour et de nuit sont indépendantes, je ne travaille que le jour matin et soir)

2 infirmières + 2 aides-soignantes + 1 ASH le matin

2 infirmières + 2 aides-soignantes + 1 ASH le soir

1 infirmière + 1 aide-soignante la nuit

 

Ceci est ce qu'on appelle le service minimum, autrement dit, c'est le minimum réglementaire pour assurer la sécurité des patients. Or il faut savoir que nous n'avons jamais de personnel en plus et que la tendance actuelle est de nous faire tourner en sous-effectif de manière presque systématique les soirs et les week-end, soit un seul infirmier pour 21 patients.

 

Depuis 2 mois, une de mes collègues infirmières a démissionné et n'est pas remplacée, une autre est en arrêt de travail qui risque d'être prolongé et n'est pas non plus remplacée.. Nous ne sommes donc plus que 6 infirmiers au lieu de 8 à assurer un roulement sur 4 semaines, jours de semaine, week-end et fériés compris. Alors nous effectuons 1 puis 2 puis 3 week-end supplémentaires (nous en travaillons déjà 2 sur 4 habituellement) et ainsi de suite pour que le service tourne, avec des jours de repos qui sautent et des alternances de rythme incessantes. Si bien qu'il devient impossible de prévoir quoi que ce soit en dehors de la vie au CHU, sous peine de devoir annuler au dernier moment pour cause : boulot!

 

Samedi dernier, une autre collègue s'est arrêtée et, étant la seule infirmière du soir, il n'y avait donc personne pour prendre la relève du matin... C'est un infirmier des urgences qui a été détaché de son service pour venir dans le nôtre, qui a assuré les soins de nos 21 patients, alors qu'il ne les connaissait pas, et qui a dû faire face en plus à une situation d'urgence vitale de l'un d'eux...

 

Une des ASH est arrêtée depuis 1 an en étant remplacée de manière très ponctuelle, obligeant les 3 ASH restantes du service à se partager un roulement sur 4 semaines, jours de semaine, week-end et fériés compris. Leur tâche est de nettoyer à elles seules, tous les jours, la totalité des 16 chambres du service de fond en comble (vitres, mobilier, murs, WC), les bureaux médicaux, les pièces de vie (office, douche, WC, couloirs), la salle de soins...

 

Il faut savoir que le CHU de Saint Etienne est en pleine réorganisation, puisqu'un gros complexe est en fin de construction à l'hôpital Nord, promettant parait-il des technologies de pointe, des locaux modernes et surtout des soins efficaces.

 

Alors expliquez-moi comment être à la hauteur de ces exigences quand le personnel est déjà largement en sous-effectif? L'hôpital refuse d'embaucher, car déficit budgétaire, mais préfère faire appel à l'intérim, qui coûte plus cher que des contractuels...

 

Hier, j'étais normalement en 'repos' et j'ai passé une bonne partie de ma journée à démarcher la Médecine du Travail, les syndicats et à parler avec notre chef de service, pour essayer de trouver des solutions pour que notre direction nous entende...

 

Nous sommes par chance soutenus par notre chef de service, qui connaît la valeur de notre travail et sait que nous ne protestons pas pour rien. Il nous connaît suffisamment pour lui même remuer ciel et terre pour qu'on s'occupe du sort des soignants à l'hôpital. Il nous soutient par ce que lui-même est très inquiet de la situation et voit notre gouvernement asphyxier le service public hospitalier, or lui a choisi de travailler au CHU par foi en ce service public et dans le respect du serment d' Hippocrate.

 

Je dors très mal et pour être honnête je pense au boulot constamment. J'ai peur que le stress me fasse oublier un soin, que la pression ne m'empêche de prendre le temps avec un patient déprimé, que la fatigue me fasse faire un mauvais calcul de dose, administrer un produit au mauvais patient... J'ai peur que ce métier que j'aime me transforme en assassin, involontairement, par ce qu'on aura laissé la situation se dégrader. Parce que nous sommes tous responsables : je suis l'infirmière d'aujourd'hui mais nous sommes tous les patients de demain. VOUS pouvez être au bout de ma seringue, ou votre mari, votre enfant, votre Je vis l'insécurité dans mon travail, alors que je le maîtrise pourtant. Mais je suis humaine avant tout.

 

Vous serez ceux qui pâtirez du manque de soignants dans les services : je n'aurai pas pu prendre le temps de vous donner des nouvelles du patient que vous aimez, je n'aurai pas pu gérer 2 situations d'urgence à la fois... Faut-il attendre qu'il y ait des morts pour réagir et prendre conscience de ce qui se passe dans les hôpitaux???

 

Aujourd'hui, j'ai besoin de vous. Merci de bien vouloir transférer ce mail de manière la plus large possible, pour informer le plus de monde possible. Si vous connaissez des personnes du monde hospitalier, journalistique, politique ou autre, n'hésitez pas à les solliciter> Il faut se mobiliser en masse pour être plus efficace, moi toute seule, je n'intéresse personne.'

 

 Merci pour votre attention!

_________________________________________________________________

 

Nouveau coup contre l'Hôpital public

Déclaration de la CGT

 

Les missions de service public ne peuvent pas être

assurées par le secteur privé lucratif


La CGT a pris connaissance avec colère et consternation du projet du Ministère de la Santé, relayé par un amendement à la Proposition de Loi « Fourcade », de faciliter l’attribution de missions de service public aux cliniques privées à but lucratif.

 

Alors que se multiplient des discriminations budgétaires réitérées au profit du secteur lucratif, et que la permanence des soins se trouve gravement amputée pour satisfaire les cliniques privées, cette nouvelle marque de défiance à l’égard des hôpitaux publics est particulièrement choquante.

 

La CGT ne peut accepter la généralisation d’une logique d’appel à projet permettant des interprétations hétérogènes selon les régions et favorisant clairement l’ouverture aux cliniques privées, sans contrôle réel du respect en leur sein des principes d’égalité d’accès, de permanence des soins et d’accessibilité financière.

 

La CGT est attachée à un service public hospitalier efficace disposant des moyens pour répondre aux besoins de la population dans le cadre des principes d’égalité et de solidarité. Elle demande que cessent les entreprises de démantèlement du service public et ne peut accepter des modifications de la loi HPST dans le seul intérêt des actionnaires du secteur d’hospitalisation privée lucrative.

 

La CGT s’est opposé à la loi HPST au motif qu’elle constituait une étape supplémentaire de démantèlement du service public hospitalier. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, elle exige qu’un véritable débat national s’engage afin de discuter d’une nouvelle loi remplaçant la loi HPST, centrée autour d’un véritable service public de santé. Elle continuera à porter cette exigence, notamment lors de la journée d’action du 2 avril, avec l’ensemble des acteurs et des forces sociales rassemblées autour de cette même revendication.

 

Montreuil, le 28 mars 2011

 

_______________________________________________________________________________________________

 

Toujours moins d'effectifs,

la Fédération hospitalière de France alerte!

 

La Fédération hospitalière de France alerte les pouvoirs publics sur les suppressions d’emplois, équivalant au non-remplacement d’un départ à la retraite sur quatre dans les hôpitaux. Très critiques, les syndicats prévoient une journée de mobilisation le 2 avril.

 

En dehors du secteur médico-social, plus de 9 800 emplois ont été supprimés dans les hôpitaux publics en 2009, dont près de 5 000 personnels soignants, un chiffre qui devrait encore croître en 2010 “au vu de la contraction constatée de la progression des dépenses de personnel dans les comptes des hôpitaux publics”. Tel est le constat de la Fédération hospitalière de France (FHF), basé sur un ensemble de données publiées par le ministère de la Santé.

 

La FHF observe que les suppressions d’emplois “très importantes” engagées équivalent au non-remplacement d’un départ à la retraite sur quatre. Pourtant, en théorie, la Révision générale des politiques publiques (RGPP) ne devait pas s’appliquer aux hôpitaux, observe-t-on à la Fédération, où l’on rappelle que cette évolution est en partie liée à la faible progression de l’enveloppe accordée aux hôpitaux, “mais qu’elle est considérablement aggravée par la politique de convergence conduite par le gouvernement au bénéfice des cliniques privées”.

“Attaque frontale”

 

Sans surprise, les chiffres avancés par la FHF font bondir les syndicats. “La vaste réorganisation des hôpitaux publics entraîne des mutualisations de services et des suppressions de lits, réagit Marie-Christine Fararik, de Sud Santé. Ainsi, à Paris, il n’y avait aucun lit de libre entre Noël et le jour de l’an. Les conditions de travail des agents deviennent impossibles.” Le syndicat dénonce une “attaque frontale” contre l’accès aux soins pour tous au bénéfice des établissements privés. “Les restructurations visent à favoriser le privé”, insiste Marie-Christine Fararik, alors que la CFDT martèle : “Le service public hospitalier est clairement menacé.”

 

Quelque 80 associations et organisations syndicales ont programmé une grande journée de mobilisation, le 2 avril, devant le siège de chaque agence régionale de santé (ARS) pour dénoncer les réorganisations de services et les suppressions d’emplois dans les hôpitaux français.

 

Sylvain Henry
Acteurs Publics

Le 31 mars 2011

 

______________________________________________________________________________________________

 

Il faut donner des prolongements

à la journée d'action du 2 avril

 

Le PCF se félicite de la forte mobilisation pour sauver la santé partout en France, samedi 2 avril dernier. Par leur participation aux rassemblements dans toute la France, usagers, professionnels de la santé, élu-es et militant-e-s, ont montré leur détermination à ne pas laisser le gouvernement et ses directeurs généraux d'ARS zélés, planifier la déstructuration du système de santé publique pour le seul profit du privé.

 

Totalement engagé dans sa construction, le PCF entend tout faire pour que ce 2 avril soit une étape importante dans la construction commune d'une véritable alternative à la logique actuelle des ARS.

 

Il appelle dans chaque région, chaque département, à la poursuite de rassemblements les plus larges pour s'opposer à ceux qui considèrent l'hôpital comme une entreprise et la santé comme une marchandise.

 

Le PCF met à la disposition du mouvement le principe des Assises Régionales de Santé pour un véritable contre-pouvoir et un contrôle démocratique à installer de manière pérenne. C'est aussi l'occasion de lancer largement, et chaque fois que possible de manière contradictoire, le débat sur "la perte d'autonomie" pour lequel nous versons nos propositions.

 

2 avril 2011

___________________________________________________________________________________

 


Partager cette page

Repost 0
Published by