Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Section du PCF Pierre Bénite
  • : A pour objectif de faire connaître au public les activités et initiatives de la section du PCF qui rayonne sur le canton d'Irigny(69)
  • Contact

Archives

Articles Récents

  • Protestons auprès de l'A2
    Protestation contre l’absence de Pierre Laurent à l’émission du 22 mai sur France 2 Un exemple reçu J'ai téléphoné au 08 90 71 02 02 (bien reçue par un homme qui m'a donné l'adresse de Poitiers : TSA 67300 86 963 FUTUROSCOPE. AINSI QUE LE SITE DE FRANCE2)...
  • Ukraine : une interview intéressant de M. Maillard
    Ce Normalien agrégé d’allemand a été le Conseiller diplomatique du Général de Gaulle à l’Élysée de 1959 à 1964 – avec au menu Guerre d’Algérie, réconciliation franco-allemande, Construction européenne, crise de Cuba, poursuite de la décolonisation, etc....
  • Le 8 mai 1945 : le massacre de Sétif avec 45 000 morts !
    En Algérie il y a 69 ans, 8 mai 1945 : massacre colonial à Sétif Ce massacre, fera 45 000 victimes. N’oublions pas Rosa Moussaoui «C'était la fête à Sétif, la victoire contre le nazisme, on a entendu sonner les cloches et on nous a annoncé qu'on allait...
  • Crise au journal "Le Monde", 7 rédacteurs en chef sur 11 démissionnent ...
    Réaction de Jean Luc Mélenchon Depuis de nombreux mois, le journal « Le Monde » tient une ligne éditoriale à charge contre le Front de Gauche en général et contre moi en particulier. « Le Monde » fait de la politique engagée. À une entreprise méthodique...
  • Hollande en rajoute encore sur BFM !
    Hollande sur RMC/BFM TV : "Halte au massacre" (Pierre Laurent) Le Président de la République s'est livré ce matin sur RMC/BFM TV à un laborieux service après-vente de sa politique. Mais le pire, c'est qu'il en rajoute à chaque fois une couche, cette fois...
  • Les 5 de Roanne définitivement relaxés !
    En date du 23 avril 2014 Monsieur le Président de la Chambre des Appels Correctionnels de la Cour d'Appel de Lyon a ordonné la non admission de l'appelle du Procureur Général et cette ordonnance n’étant pas susceptible de voies de recours. Nos cinq camarades...
  • Ce dimanche, les nouveaux chiens de garde à la Télé
    Dimanche 04 Mai 2014 LCP 20h30 - 22h10 (Durée : 1h40) Les nouveaux chiens de garde Genre : Film documentaire ________________________________________ Pays : France - Date de sortie : 2011 ________________________________________ Réalisateur(s) : Gilles...
  • Alstom : la CGT réagit fortement !
    "On est sacrifié pour la finance" Entretien de l'Humanité avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical central de la branche Transport d’Alstom. Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations entre General...
  • Le cas Alstom ou les enjeux des européennes du 25 mai
    L’Europe libérale ne protège pas des rapaces de la finance La France perd son sang et ses dirigeants font des moulinets autour du thème du « redressement productif ». L’Europe est un sujet de dissertation, mais ne protège ni nos atouts industriels ou...
  • Première réaction au discours de Valls à l'Assemblée
    Manuel Valls est passé sur l'autre rive en assumant une politique de droite (Olivier Dartigolles) A la tribune de l'Assemblée nationale, le Premier ministre a répondu à la fronde de députés socialistes par quelques aménagements cosmétiques mais l'affront...

Peine De Mort

/ / /

 

Par François Auguste élu régional communiste

de Rhône Alpes

 

 

Permettez moi de commencer mon intervention par la lecture d’un témoignage écrit par une jeune fille, scolarisée en France depuis plusieurs années, tout juste majeure, contrôlée dans les transports en commun, alors qu'elle était en règle.

 

En centre de rétention pendant quelques jours, elle a été libérée par le juge des libertés. Puis elle a écrit.

 

Centre de rétention administrative : PRISON

 

Lieu de déprime, d'angoisse, de stress et d'humiliation, Accueillis comme des criminels ou même pire. Communication avec les policiers, strict minimum, souvent froide et distante

 

Là on obtient immédiatement, sans délai, une carte de séjour au CRA. On nous la demande pour tout même pour manger. On nous retire toutes nos affaires personnelles, même les affaires de toilette...

 

Le lieu est tellement triste, angoissant, déprimant et humiliant, le séjour est tellement humiliant et inhumain que les projets, les idées, les objectifs changent. On ne sait plus quoi espérer. Tout est fait de façon à nous décourager, à nous faire comprendre qu'être sans papier est synonyme de criminel. Nous sommes des indésirables, nous n'avons pas à rester en France.

 

Les nuits sont longues, angoissantes, on reste en alerte, d'ailleurs on le reste en permanence, parce qu'on s'attend au débarquement des policiers à n'importe quelle heure de la nuit pour l'aéroport.

 

Les journées sont ennuyeuses, on tourne en rond, on fume plus qu'avant au risque de devenir des cheminées.


Depuis que Nicolas Sarkozy a banalisé les théories de l’extrême droite, nous vivons en France un drôle de climat  … L’immigration est sans cesse proclamée par certains comme le grand responsable des maux de notre société et l’immigré devient même le coupable des échecs d’une société, comme Claude Guéant a  bien essayer de nous le faire croire il y a quelques semaines, par des propos honteux et surtout aberrants dans la bouche d’un ministre. Ce climat que j’évoque, nous l’avons tous ressentis, en lisant la presse, en discutant avec nos voisins, en assistant à des injustices dans notre entourage, c’est insupportable. Tout cela est le témoignage des crispations sociales qui se concentrent sur les étrangers. Quel triste constat, quelle honte pour un pays qui voudrait encore se prétendre comme le pays des droits de l’homme. En 2011, le ministre de l’immigration a annoncé vouloir dépasser le chiffre des 28000 expulsions, la politique du chiffre n’a pas fini de donner lieu à l’inhumain et à l’inadmissible.

 

La loi Besson est dans ses orientations dans la droite ligne du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy. D’après la CIMADE, « l’adoption de ce texte entraîne une profonde rupture avec la manière dont la législation en France traite jusqu’à présent les migrants et menace le socle de nos droits fondamentaux ».

 

Le 4 mai, les parlementaires ont approuvé en commission mixte paritaire, une version durcie du texte, actant la fin des titres de séjour pour raisons de santé, le possible bannissement des étrangers en situation irrégulière, l’augmentation de la durée de rétention à 45 jours ou encore le report de l’intervention du juge des libertés à 5 jours au lieu de 2 actuellement, ont été approuvé par les parlementaires.

 

Après les révolutions arabes, notre pays, au lieu d’accueillir les ressortissants du peuple tunisien qui de part leur courage et leur volonté émancipatrice, nous avaient donné une belle leçon de démocratie ; a préféré entraver leur liberté de circulation dans l’espace européen. L’Europe a choisi le rétablissement des frontières italo-française, la liberté de circulation des capitaux et la répression de femmes et d’hommes à coups de matraques pour ceux qui se sont battus pour leur liberté et leur dignité. Voilà comment on traite les étrangers en France…

 

Déchéance de nationalité, reconduites aux frontières de camps entiers de Roms, stigmatisation des étrangers assimilés à des délinquants, expulsions vers des pays en guerre comme l’Afghanistan, enfermement de nourrissons et d’enfants en centres de rétention, et j’en passe… En guerre contre les migrants, en guerre contre les pays du monde, en Libye, Côte d’Ivoire, Afghanistan... Nous ne pouvons qu’être indignés de voir comment la France a perdu de la crédibilité de son rayonnement et de sa singularité politique aux yeux du monde. Mais heureusement toute cette politique de la honte se heurte à des murs de résistances.

 

Que cela soit dit, NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

En mars 2006, notre collègue François AUGUSTE s’était opposé à une expulsion d’une famille de sans papiers dans un avion lors d’un déplacement pour une mission de la Région.

 

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

En février 2010, des travailleurs sans papiers entament une grève sous le slogan : « "On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici !" Un film est réalisé par un collectif soutenu par plus de 300 cinéastes. La solidarité s’exprime de toutes parts.

 

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

En septembre 2010, 50 organisations signent un appel pour la liberté, l’égalité, la fraternité, face à la xénophobie et à la politique du pilori de ce gouvernement. Des milliers de personnes descendent dans la rue pour crier haut et fort que: personne n'a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République. Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile. »

 

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

En février 2011, à l’occasion du forum social mondial à Dakar, la charte mondial des migrants est proclamée et déclare : « Les personnes migrantes sont les cibles de politiques injustes. Celles-ci, au détriment des droits universellement reconnus à chaque personne humaine, font s’opposer les êtres humains, les uns aux autres en utilisant des stratégies discriminatoires, fondées sur la préférence nationale, l’appartenance ethnique, religieuse ou de genre.

 

Ces politiques sont imposées par des systèmes conservateurs et hégémoniques, qui cherchent à maintenir leurs privilèges en exploitant la force de travail, physique et intellectuelle des migrants.

 

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

Le 28 mai 2011, le collectif « d’ailleurs nous sommes d’ici » organise une mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers. Ils dénoncent la traque, les arrestations, les expulsions, qui se multiplient depuis la création, pour la première fois dans l’histoire de la République, d’un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale.

 

NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

 

Chaque jour, des centaines de bénévoles et militants d’associations comme RESF, la LDH, la CIMADE, le MRAP, Médecins du monde, et bien d’autres encore, se mobilisent pour faire respecter le droit des étrangers à être traités dignement et notamment des plus jeunes d’entre eux, victimes d’expulsions injustes, comme c’est le cas pour ARDI VRENEZI. Des bénévoles dont l’action citoyenne est elle-même criminalisée par ce qu’il convient d’appeler désormais le délit de solidarité…

 

Parce qu’ils ne veulent pas laisser faire, NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE, ici dans notre belle Région !

 

C’est la raison pour laquelle nous revendiquons aujourd’hui le droit à l’éducation pour tous par le biais de cette délibération de soutien aux jeunes scolarisés sans papiers. Car nous élus régionaux, en responsabilité des lycées; nous élus de la République responsables et concernés par le sort de TOUS les citoyens ; et enfin nous, citoyens soucieux du sort d’autrui et en particulier des plus jeunes, nous ne tolérerons plus que des gendarmes puissent venir traquer des élèves à la sortie des écoles et par la même venir troubler l’ordre public au sein des établissements scolaires.

 

Avec cette délibération, nous refusons cet acte de violence qui consiste à stopper des jeunes dans la poursuite de leur cursus scolaire au sein des établissements de la Région.  Nous nous engageons à faire en sorte que dans les CA des lycées dans lesquels nous siégeons, soient adoptés des vœux de soutien assurant l’appui politique aux mobilisations citoyennes. Nous devons nous battre pour que les situations de tension et d’instabilité dans lesquelles les expulsions placent les établissements scolaires ne puissent plus avoir lieu.

 

Comme le souligne le collectif Jeunes majeurs RESF : « À la veille des congés scolaires, la situation des jeunes majeurs est d’autant plus préoccupante que la loi Besson vient d’être définitivement votée et qu’elle sera appliquée avec tout le cortège de drames qu’elle provoquera.

 

Déjà, beaucoup de jeunes sans papiers suivent leur scolarité dans des conditions de grande précarité, et l’entrée dans le monde du travail leur est quasi interdite. Le conseil régional doit s’engager pleinement pour l’égalité des droits à la scolarité et au travail de tous les jeunes. »

 

C’est cette responsabilité que pour notre part, le groupe assume et revendique pleinement et fièrement.

Partager cette page

Repost 0
Published by